18/04| Pointe du Raz & baie des Trépassés

Et pour l’heure c’est nous qui avons des gueules et des pieds de trépassés. Nous avons passé une grande partie de la journée à randonner sur la Pointe du Raz, en haut de falaises escarpées, à 100 mètres des vagues s’éclatant sur nos rochers et au-dessus des trajectoires des mouettes bavardes. La Pointe du Raz, c’est la Lune, baignée de soleil et d’embruns marins. La Pointe du Raz, c’est tout simplement magnifique.

On aurait pu voir dans ce littoral très sévère quelques similitudes avec le Cap Corse ou encore Bonifacio. Nous avons croisé quelques criques à l’eau turquoise. A en juger par la température extérieure, on aurait pu avoir quelques envies de baignades, vite oubliées lorsque nous avons croisé un phoque s’abritant dans le tout petit port naturel de Bistrée. Nous avons également croisé plusieurs pêcheurs en combinaison de plongée, chargés de paniers de crabes et d’araignées.

Au large, la petite île de Sein, qui restera un joli mystère pour nous. Tout autour de nous, le silence le plus complet, tout juste coupé par une discussion de mouettes et la claquement des vagues sur la coque d’un petit bateau de pêche, tout en bas. Nous avons fermés les yeux quelques instant, et nous sommes endormis dans ce silence apaisé durant près d’une heure, juste de quoi emporter sur notre peau cette douce sensation de chaleur (et les rougeurs qui vont avec).

Le bonheur que peut procurer une telle promenade, un tel paysage et un tel climat ne connaît pas de mots. Mais nous souhaitons cela à tous tant cette journée nous aura fait du bien, nous aura nourris et apaisés.

Nous avons poursuivi notre bain de soleil dans la baie des Trépassés où nous attendait une brasserie qui servait justement une bière locale et bio. Nous l’avons sirotée face aux pointes du Raz et à celle du Van.

La météo est extrêmement clémente avec nous. Et notre maison nous offre un havre de paix au plein cœur du bourg de Cleden Cap Cizun, au pied de sa petite église.

Nous avons terminé notre excursion du jour à Audierne, ville portuaire, où nous espérions pouvoir trouver un charcutier qui nous aurait servi une spécialité du Finisterre qu’on nous a conseillée ; le Kig Ha Farz. Mais cette ville commerçante étant morte le lundi, nous n’y avons trouvé que deux boulangeries à quelques mètres l’une de l’autre, dans lesquelles nous avons goutté le kouign amann, spécialité de Douarnenez.

Dans la première, la forme en petite portion unique arrondie, caramélisée sur tous ses bords, nous a séduits. Nous avons donc voulu aller plus loin dans l’examen de cette pâtisserie composée essentiellement de beurre et de sucre, et sommes allés chercher dans l’autre boulangerie un kouign amann avec une forme plus conventionnelle de gâteau plat dont nous avons pris deux grosses parts. Nos pêchés, enrobés de sucre, avaient l’aspect d’un petit écrin de caramel renfermant une belle dose de beurre salé. Le kouign amann est assurément une invention étroitement liée aux rudes campagnes de pêche pour nourrir des marins en quête de force et de réconfort. Quant à nous, le ventre gavé par ces deux kouign amann, nous avons dû nous résoudre à abandonner l’idée du Kig Ha Farz. Par conséquent, nous allons ce soir manger des tripes à la mode de Caen !

Pour la première fois de l’année le soleil brille encore alors que nos jambes et nos paupières lourdes nous appellent aux voluptés de la paresse et du repos. Car ici, sur ce bout du monde aux portes de l’Atlantique, le soleil se couche tard, bien plus que partout en France.

Pas de commentaire

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Envoyez-nous un message !

Laissez-nous un message, nous vous répondrons à la prochaine connexion !

Sending

© 2015 www.samallan.fr, tous droits réservés sur les photos présentes sur ce site.

Log in with your credentials

Forgot your details?