20/04| Du granit rose aux sables mouvants

Comment décrire ce qui nous entoure ? Notre cabane de 4 mètres sur 3, perchée sur un petit promontoire à deux mètres du niveau de l’eau, derrière nous des champs à perte de vue, devant quelques mètres de sables mouvants libérés par la marée basse et au loin, rien que la Manche et le Mont Saint Michel qui s’y dessine comme une carte postale. Le feu crépite déjà dans l’âtre de la cabane, la nuit tombe et au loin le Mont Saint Michel commence doucement à scintiller.

Un héron vient me saluer et devant moi des poissons barbotent. De quelque part perdus dans la baie j’entends Allan et Luchien qui s’éloignent. Des oiseaux en bande se font des festins sur de petites réserves d’eau que la marée basse a laissées.

Ici nous n’avons ni eau courante, ni électricité et nos téléphones sont déchargés. Notre trésor, c’est le tas de bois qui nous permettra de nous chauffer, de nous éclairer et de cuisiner. Nous avons aussi deux entrecôte de bœuf et quelques haricots cocos, ainsi que du vin. Nous avons le luxe à pleines mains.

Luchien se lance dans une chasse frénétique aux crottes de moutons. A côté de lui nous nous réjouissons d’un tel bonheur (du nôtre).

En venant, à moins d’un kilomètre d’ici, nous avons trouvé un grand manoir isolé transformé en hôtel trois étoiles. Le lieu et le parc étaient somptueux, et la chambre était annoncée à 15 euros moins chère que la nuitée dans notre cabane Vauban. Cela se passe de commentaires.

Nous passerions ici bien plus d’une nuit. Le reste, je fais confiance aux photos qui sauront le retranscrire autant que possible.

Pour le reste de la journée nous avons découvert la côte de granit rose que nous avons arpentée à Perros Guirec. Une découverte magique de ces amas de rochers, aussi stupéfiants que sensuels parfois.

Nous avons déjeuné sur le port de Perros Guirec avant de prendre la route vers Saint Brieuc. Le ciel s’est alors voilé (enfin) et pour la première fois nous avons vu la Bretagne avec une lumière qui doit lui être habituelle. Nous avons rapidement fait un tour de la ville qui ne nous a pas appelés à davantage de flânerie. Puis Saint Malo, ville charmante et vivante, agitée par l’arrivée dans le port d’un catamaran. Nous n’avons fait qu’y passer et y avons seulement bu une bière. Sans soleil la ville nous a semblée assez sévère avec ses hauts bâtiments et sa couleur béton. Nous avons donc pris la direction de la Normandie et de notre cabane.

Je laisse ici le souvenir d’un instant hors de tout, du temps, de la civilisation, du rythme.

Pas de commentaire

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Envoyez-nous un message !

Laissez-nous un message, nous vous répondrons à la prochaine connexion !

Sending

© 2015 www.samallan.fr, tous droits réservés sur les photos présentes sur ce site.

Log in with your credentials

Forgot your details?